La passion des Brugmansias

Le Brugmansia, trompette des anges

 Photo site 2017 3

La fleur du Brugmansia a la corolle évasée et raffinée parfois double et triple, comme les jupons des élégantes du temps jadis. Petit arbre, chez nous 2,50 à 3 m pour les plus grands, beaucoup plus haut dans son continent d’origine, l’Amérique du sud.

Les Brugmansias sont divisés en plusieurs groupes : Arborea aux fleurs blanches d’ une hauteur de 5 m, on le trouve dans les Andes à des altitudes atteignant 3000 m ce qui lui confère une solidité au froid assez bonne de l’ordre de – 2° pour la partie aérienne et jusqu’- 8° pour la souche, voir plus si elle est protégée. Ensuite, nous trouvons le Suavolens aux fleurs plus fragiles de couleurs blanche ou rose ou jaune. C’est une espèce tropicale du Brésil. Le Brugmansia Aurea est issu des régions des Andes en Colombie, du Vénézuela et de l’Equateur, il a une croissance vigoureuse et possède les feuilles les plus grandes de tous les Brugmansias. Puis le Versicolor qui est issu des régions tropicales de l’Equateur, c’est aussi le plus fragile. Ses fleurs sont aussi les plus longues 30 à 56 cm. Toutes les fleurs du Versicolor sont blanches avant d’acquérir leurs vraies couleurs. Le Candida est un hybride obtenu d’un croisement de Brugmansia Aurea et Brugmansia Versicolor. Il ressemble beaucoup à Versicolor. La seule différence , c’est les pointes florales qui sont beaucoup plus longues. Le groupe Vulcanicola se retrouve en Colombie dans les régions de haute altitude, la fleur est verte à la base, rouge au milieu et jaune au bout de la corolle. Il existe une forme rose qui est très rare. Le Sanguinea appartient au groupe Arborea. Il pousse à 2500 m dans la Cordillère des Andes Colombienne, il peut atteindre 7 m de haut , les fleurs font 25 cm en forme de tube, la couleur varie du rouge foncé à l’orange. J’en ai quelques exemplaires issus de semis. La floraison reste bloquée par les fortes chaleurs d’été ce qui n’est pas très intéressant puisqu’il fleurit souvent tard en automne, au moment de le rentrer à l’abri.

Ce qui nous intéresse  ce sont les hybrides, aux fleurs magnifiques au port imposant. Ces plantes obtenues par le croisement d’ hybrides est une véritable spirale puisque les nouveaux venus servent à leur tour à créer d’autres hybrides. Les combinaisons sont gigantesques, et pratiquées dans beaucoup de pays du monde. Les Allemands, les Américains sont les principaux obtenteurs, les Français beaucoup moins.

Depuis longtemps , je bouture quelques hybrides. J’en possède plus d'une centaine que je bichonne, l’hiver dans la serre tunnel au chaud à 5  à 6 ° minimum, l’été en extérieur, engrais à volonté suivi d’arrosages copieux. Je vous ai parlé des divers groupes, je sais, c’est de la littérature mais c’est très important de connaître leurs origines, déjà pour le placement en extérieur. Les hybrides tirant sur le groupe Suavolens seront plus fragiles au vent et au soleil brûlant. Le Sanguinea préfèrera l’ombre pendant les mois les plus chauds. Lorsqu’ on veut obtenir un nouvel hybride, il faut tenir compte des origines des parents en mêlant la faiblesse de l’un à la force de l’autre en quelque sorte pour obtenir un Brugmansia intéressant qui n’a pas les branches trop fines par exemple pour pouvoir supporter le poids de la floraison, qui possède un feuillage luxuriant etc,…

 

Imgp7274 copier

Imgp7276 001 copier

Imgp7479 001 copier

Vue de quelques massifs au Jardin de Saubens 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 2017-11-11