Culture en conteneur des Brugmansias

Les brugmansias en Conteneurs

Culture en conteneur des Brugmansias

En France nous sommes réduits à élever nos plantes en pots ou conteneurs, excepté quelques endroits privilégiés où il ne gèle que très rarement. Il faut pouvoir les transporter  assez  facilement à l'aide d'un diable, pour les remiser l'hiver venu soit dans un local hors gel, même obscur, ou dans une serre ou encore une véranda. C'est pour cette raison que l'on choisira un conteneur ou un pot léger en matière plastique. L'important c'est le volume du contenant, il doit être d'un minimum de 30 litres si l'on possède beaucoup d'hybrides, si l'on a 2 à 3 pots, la taille de ceux-ci peut tripler. Le Brugmansia est un arbre comme je vous l'ai dit sur une autre page et de plus il est très gourmand en matières nutritives et en eau, c'est pour cela que le volume de terreau est important.  Au jardin de Saubens le terreau est changé chaque année, les plantes sont sorties de leurs contenants et les mottes diminuées à la scie égoïne puis replantées avec un terreau additionné de fumier bien décomposé. Cela n'empêchera pas de distribuer durant la saison et une fois par semaine de l'engrais liquide type engrais tomate, pourquoi liquide, tout simplement parce qu'il est plus vite assimilé par les racines. Il faut veiller à ne pas poser les pots directement sur le sol, sous peine de ne plus pouvoir les enlever en fin de saison. En effet la plante gourmande s'en ira chercher elle-même sa nourriture par les trous de drainage du conteneur. Pour éviter cela on peut mettre un dessous de pot qui en période torride peut faire office de réserve d'eau. Une autre façon de faire, est de percer de plusieurs trous votre conteneur à sa base, 4 à 5 cm au-dessus du fond et de boucher le drainage existant avec un plastique. Le Brugmansia planté dans ce conteneur  sera enfoncé en terre d'une vingtaine de centimètres, ainsi les racines iront visiter latéralement la terre alentour. Avec ce principe moins besoin d'engrais et d’eau. Pour enlever la plante à la fin de l'automne il suffit de trancher les racines à la périphérie du pot à l'aide d’un pelle-versoir bien taillant. Si on utilise ce dernier système les plantes devront entrer en sommeil, si au contraire on désire profiter de la plante en véranda pour une floraison hivernale il est préférable d'utiliser le dessous de pot ainsi  la plante n'aura pas de choc dû à l'amputation de grosses racines. Lorsque les plantes sont hivernées l'arrosage est prodigué une fois par mois en cas de besoin, mais ce n'est pas obligatoire, le Brugmansia peut rester au sec tout l'hiver. Pour preuve, quelques hybrides sont hivernés dans une maison de haute ariège où ils restent tout l'hiver dans le noir et sans eau et ce depuis plusieurs années. Le printemps venu, un changement de terreau, une taille très légère, à ce sujet, il ne ne pas couper sous les fourches qui sont un gage de floraison plus précoce, un bon arrosage, quelques jours à l'ombre pour ne pas brûler les jeunes feuilles au soleil  et les Brugmansias sont repartis. cela me fait dire que ce n'est pas une plante très fragile.

 

003-2.jpg

Dimininution d'une motte et recépage de la partie aérienne abîmée par le froid, ici sur une plante de 6 ans (Angels Swingtime).

 

Une autre manière de planter les Brugmansias en pots, elle est surtout intéressante pour remiser les plantes au sec durant l'hiver. Cette autre façon consiste à planter la bouture dans un pot plastique d'une dizaine de litres ensuite ce pot sera lui même planté dans un conteneur de 30 à 40 litres. Le brugmansia dans un premier temps va coloniser le conteneur de 10 litres  tout en souffrant moins de la sécheresse alentour puisque l'enfouissement lui amène beaucoup de fraîcheur. Lorsqu'il aura décidé de se mettre en quête de nourriture ses racines iront inspecter par les trous de drainage le terreau du conteneur de 30/40 litres. L'hiver se rapprochant il sera très facile d'extraire le pot de 10 litres de son environnement et ainsi procéder à la taille des racines ainsi que des tiges aériennes. Cette pratique a le mérite de gagner beaucoup de place pour le stockage et de plus elle économise le dos du jardinier.

 

001 3

 Pot tout juste sorti de la serre après de longs mois d'hivernation

003 4

Lorsque le printemp paraît il est aisé de replanter les pots de 10 litres dans des conteneurs de 30 à 40 litres. Au-dessus, le petit pot dont le terreau  a été changé, est lui même planté dans un conteneur dont le fond se compose de terreau enrichi de fumier. Le conteneur à son tour sera enfoui dans une plate-bande à environ 20 cm de profondeur, ce qui va permettre au brugmansia de développer des racines qui iront coloniser la plate-bande en fin de saison. Ce système procure aussi une grande stabilité des conteneurs par grand vent et ainsi évite des chutes catastrophiques qui nuisent à la fragilité des  jeunes branches. La fin d'automne venue seul le petit pot sera conservé ainsi le stockage sera plus facile.

 

Preparation pour la rentree en serre 5 copier

Exemple d'arrachage l'automne venu, le pot au centre de la photo est Gerbishe Symphonie, il est enfoncé dans le sol de vingt centimètres

 

Preparation pour la rentree en serre 1 001 copier

Une fois l'arrachage effectué, le pot le plus petit formant la motte est rétiré du grand conteneur, les racines ont colonisées  l'espace se trouvant entre les deux conteneurs et sont sorties  du grand conteneur pour aller visiter la terre alentour.

 

Preparation pour la rentree en serre 2 001 copier 

Lorsque te terreau est enlevé il ne reste plus que les racines qui seront taillées au sécateur.

 

Preparation pour la rentree en serre 4 001 copier

La ramure est raccourcie également et l'on profite de ces coupes pour faire des boutures qui seront prêtes  pour le printemps prochain. Ici la taille est légère pour pouvoir profiter d'une floraison précoce afin de pouvoir faire des croisements le plus tôt possible. Voilà Bergishe Symphonie prêt pour passer l'hiver sous la serre tunnel.

 

 

Evolution de la culture en plein air des Brugmansias

 

Ma façon de cultiver les Brugmansias en plein air a évolué au fil des ans. Ce qui me paraissait idéal il y a quelques années s'est vite trouvé dépassé par le nombre croissant des plantes venues enrichir la collection. Les gros conteneurs de 35/40 litres sont abandonnés, désormais ce sont des pots de 14 à 18 litres qui font office de contenant. Les 14/18 litres sont suffisant pour conserver à la plante une motte raisonnable, j'ai une préférence pour les 18 litres tout de même. Ceux-ci seront plantés le printemps venu dans les massifs réservés à la culture des Brugmansias.

 

Les massifs sont travaillés l'hiver sans jamais chambouler la terre mais plutôt en l'aérant et surtout en ajoutant par-dessus du compost et du fumier qui viennent s'ajouter aux couches de tontes qui ont servies à limiter l'évaporation du sol durant l'été. Ce travail est important car vous l'aurez compris ce n'est pas la terre du pot qui fait croître la plante mais le substrat alentour que les racines vont visiter toute la bonne saison.

 

Pour que les racines puissent sortir aisément je pratique de larges échancrures aux perçages de la périphérie ainsi en quelques semaines les radicelles trouvent facilement le chemin de la liberté, ainsi qu'une nourriture riche et une humidité satisfaisante.

 

La stabilité est importante surtout dans les lieux ventés ce qui est le cas de la région Toulousaine. Cette pratique offre un bon encrage de la plante, même pour des Brugmansias très haut. Il faut simplement éviter de détremper le sol autour des pots afin que le système de balancier de la ramure par grand vent ne vienne à bout de la fixation des racines. Si toutefois cela arrive je plante un tuteur le plus discrètement possible au centre de la plante et près du pot, pour rétablir l'équilibre.

 

Avec cette façon les boutures de l'année plantées à la mi-mars atteignent facilement 1,80 m en fin de saison, ainsi les Brugmansias peuvent s'exprimer avec toute l'exubérance qu'on leur connait. C’est aussi une manière de pouvoir ranger ces plantes dites embarrassantes l’hiver venu dans un local hors gel. Les amoureux des Brugmansias sont souvent stoppés dans leur élan de découverte par l’interrogation de la place qui est nécessaire à l’hivernage. Pour ma part mon petit tunnel de 5,00 m x 5,50 suffit à entreposer plus de 150 Brugmansias en pots de 18 litres. Lorsque je le peux, chaque quatre pots, un pot est monté en équilibre sur le losange dessiné par les quatre. Ce qui me permet d’en stocker cinq sur l’emplacement de quatre.

 

Beaucoup de personnes perdent les plantes durant l’hiver, ces arbustes qu’ils ont tant chéris à la belle saison, pourrissent ou sèchent à cause de la méconnaissance des besoins de cette solanacée. Autant l’eau doit être offerte en abondance durant la période de croissance, autant elle doit devenir très rare pendant la dormance. C’est pour cela que je préconise la tourbe et le terreau pour la plantation du pot. Ces deux éléments sèchent très vite lorsque l’on arrête les arrosages et c’est l’idéal pour les racines de nos amis.

 

Les Brugmansias peuvent être conservés dans le noir nous l’avons dit plus haut, garage, cave ou autres lieux hors-gel. Ou encore en serre ou véranda, ces deux dernières jouiront de la lumière solaire ainsi les besoins ne seront pas les mêmes. Dans l’obscurité les feuilles tombent toutes ou presque et l’eau devient ennemi. Dans la lumière les feuilles en raréfaction subsisteront et donc il sera nécessaire de donner un peu d’eau, trois à quatre fois pendant l’hivernage. Après, tout est fonction de la température, si la plante se trouve dans une véranda chauffée à 20° il n’y aura pas de repos végétatif ou moindre, donc elle vous demandera de l’eau, essayez de la comprendre en observant la position de ses feuilles, si elles sont tombantes cela veut dire « j’ai soif » lorsqu’elles remontent elle vous dit « merci ».

 

Le printemps venu examinez vos Brugmansias certains présenteront du bois mort, munissez-vous d’un sécateur et taillez en commençant par le haut. Faites des coupes de 10 centimètres en descendant et recherchez le bois vert. Vous pouvez gratter l’écorce du bout de l’ongle jusqu’à apercevoir « le vert » espérance de vie. Si toutefois vous avez taillé votre arbuste jusqu’au sol sans rien apercevoir ne le jetez pas, ôtez le du pot, puis enlevez le substrat qui entoure les racines. Observez si la motte présente des racines blanches et charnues, si c’est le cas coupez les racines sèches et rempotez votre plante dans un bon terreau additionné de tourbe et de fumure bien décomposée. Soyez patient une tige va bientôt apparaître. Si ce travail vous rebute arrosez simplement votre plante et attendez, j’ai vu des plantes repartir après plusieurs mois de mort apparente.

Imgp4300 001 copierEvolution d'un massif, la plantation de jeunes plants (boutures hivernales) au mois d'avril

Vue 2 copierQuelques temps après les tiges s'allongent

Imgp5531 001 copierAu début du mois d'août , certains Brugmansias fleurissent déjà, les racines sont sorties des pots et vous pouvez constater la force que dégagent les plantes. Ceci répond en partie à la question suivante :  Aurai-je des fleurs cette année si je plante ma bouture au mois d'avril ?

 

 

Date de dernière mise à jour : 2017-09-06